L'histoire de MV Augusta

MV Agusta, une marque de Prestige


1943

Née de la passion du Comte Agusta

Les origines de la mythique marque italienne remontent à la seconde guerre mondiale. Le comte Domenico Agusta qui a hérité en 1927 d’une affaire d’aviation, décide en 1943 de se concentrer sur son loisir favori : la moto. Il fonde alors la Meccanica Verghera, la légende MV Agusta est née.



1945

A peine deux ans plus tard, la première moto est présentée à Milan sous le nom « Vespa 98 » qui deviendra bientôt un simple « 98 », le nom Vespa étant déjà déposé par Piaggio.
Très rapidement, le comte Agusta prend conscience de l’importance des compétitions pour la promotion de sa marque. L’esprit de compétition et des courses allait marquer pour toujours la société.



1950

D’ailleurs, les premières courses ne tardent pas à être disputées. Le premier Grand Prix est couru par MV Agusta dès 1950, année de présentation de sa première 500cc d’une puissance de 50ch.
Sur le circuit, MV Agusta remporte sa première victoire GP en 1952 grâce à Leslie Graham puis Cecil Sandford qui permet à la marque de décrocher un premier titre de Champion du Monde.



1960

MV : Multi-Victoires

La série se rallonge par la suite de nombreux titres mondiaux non seulement pour les pilotes mais également constructeurs. L’italienne va dès lors se faire une place de choix parmi les plus grands constructeurs et va s’assurer une grande notoriété auprès du public.

Mais la véritable légende MV Agusta démarre plutôt aux abords des années 60. A cette époque, Giacomo Agostini accumule quelques 15 titres mondiaux dont 14 sont décrochés au guidon d’une MV Agusta. C’est le début du mythe « Ago » qui rivalise avec des pilotes de légende tels que Mike Hailwood ou Phil Read et qui devient le pilote le plus couronné dans l’histoire de MV Agusta.



1972

Les heures sombres

Le comte Domenico Agusta tire sa révérence en 1972 et laisse la société dans une situation de difficultés économiques. Les problèmes financiers que connaît la firme la conduisent à atterrir entre les mains d’un groupe financier qui décide de stopper la production de motos.
Le feu de la légende n’était néanmoins pas prêt de s’éteindre puisqu’en 1992 le nom MV Agusta est acheté par Claudio Castiglioni, inaugurant une renaissance imminente.

Et c’est au salon de Milan en septembre 1996 que le mythe italien reprend vie sous les yeux de Giacomo Agostini lui-même. La nouvelle MV Agusta F4 est présentée au reste du monde avec la particularité de disposer d’un moteur quatre cylindres conçu par la firme.



2004

La renaissance d'une légende

Né de la collaboration de Ferrari auquel les MV Agusta de type F doivent leur lettre,  un nouveau moteur quatre cylindres est mis au point. Inspirée du monde de la vitesse, une boîte de vitesse démontable fait son apparition tandis que le design inauguré par Massimo Tamburini se fait intemporel à tel point que la forme est aujourd’hui encore adoptée par les F4 actuelles.

La F4 ne sera pas la seule à marquer les esprits puisque bientôt la gamme vient se compléter avec un roadster au nom évocateur : la Brutale.
En 2004, une nouvelle page se tourne avec le rachat de la marque par la société malaisienne Proton qui la revend  seulement une année plus tard à un groupe d’investissement italien. Puis, en 2008 un accord est signé avec une autre légende de la moto, Harley-Davidson qui rachète la totalité du groupe pour un montant dépassant les 68,3 millions d’euros.

En 2010, une nouvelle F4 1000R est dévoilée aux côtés d’un tout nouveau modèle dénommé F3. Plus récemment, MV Agusta a levé le voile sur sa nouvelle Brutale 800 au salon EICMA de Milan.


La Superveloce 800 Serie Oro


COMBLEZ VOS DÉSIRS

Les lignes de la Superveloce 800 Serie Oro sont une interprétation moderne du concept stylistique emblématique de la MV Agusta. Une fusion vintage et contemporaine assure pour l'avenir des souvenirs du bon vieux temps : 37 titres mondiaux, des victoires légendaires et des défis qui exigeaient d'aller au-delà des limites. Vivez les émotions qui ont contribué à créer la légende Meccanica Verghera.